L’équitation est l’art et l’action de monter à cheval. C’est la rencontre entre le cheval et le cavalier. Certaines personnes prennent le risque de monter à cheval sans au préalable avoir de bases ou de connaissances suffisantes pour le faire. Certains s’hasardent quand même à galoper compte tenu des risques qu’ils peuvent encourir. Quoiqu’il en soit, monter à cheval est une expérience amusante, mais qui peut s’avérer dangereuse si vous n’avez aucune idée des fondamentaux de l’équitation.

Les techniques de base de l’équitation

L’équitation est un exercice qui doit être coaché et supervisé par un professionnel expérimenté de l’équitation. Pour profiter pleinement de cette activité, voici quelques fondamentaux que vous devez connaître et maîtriser avant de vous lancer.

  • La cession à la jambe

La cession à la jambe est un travail de deux pistes de la famille des déplacements latéraux.

Le cheval se déplace de coté en croisant ses membres, cédant à l’action de la jambe isolée du cavalier, et en conservant son rachis le plus droit possible.

C’est un mouvement qui s’exécute sans incurvation. Il est caractérisé par le croisement et l’engagement plus prononcé du postérieur interne. Il peut y avoir un léger pli dans le côté opposé au mouvement, toutefois, il ne fait pas partie de l’exercice et n’est pas un objectif en soi.

  • L’épaule en dedans

L’épaule en dedans est un exercice où le cheval se déplace latéralement sur 3 pistes en étant incurvé de la nuque à la queue dans le sens inverse à la marche. Ce mouvement est caractérisé par le chevauchement de l’antérieur interne devant l’antérieur externe et l’engagement du postérieur interne qui vient se placer devant le postérieur externe.

L’épaule en dedans permet d’apprendre au cavalier à diriger son cheval sur le plat tout en contrôlant l’allure pour le faire se déplacer de façon latérale. À la différence de la cession à la jambe, ajoute de l’incurvation, c’est-à-dire une difficulté supplémentaire.

  • Les aides du cercle

L’équitation se pratique par des actions correctes et cohérentes, qui ne bloquent pas la locomotion du cheval, mais plutôt l’améliorent à travers l’enchaînement de mouvements pertinents. L’équitation se pratique par des actions correctes et cohérentes, qui ne bloquent pas la locomotion du cheval, mais plutôt l’améliorent à travers l’enchaînement de mouvements pertinents.

C’est une approche simple qui permet d’enchaîner des mouvements avec fluidité, dans lesquels les actions successives du cavalier ne se contrarient pas et qui surtout permet au mouvement suivant de bénéficier de la dynamique obtenue dans le premier.

  • Vers un départ au galop de qualité, sur le bon pied

Le galop est une allure sautée, basculée et dissymétrique, à 3 temps, suivis d’un temps de projection. On distingue un galop à gauche et un galop à droite, suivant l’antérieur qui gagne le plus de terrain. Si l’antérieur droit est celui qui va se poser le plus loin devant, alors le cheval galope à droite.

La qualité du galop va évoluer progressivement avec le niveau de dressage du cheval et du cavalier. Avec l’entraînement, le perfectionnement du galop va progressivement amener le cheval à s’équilibrer et à se verticaliser en reportant du poids sur ses hanches et en engageant le postérieur.

Le départ au galop sur le bon pied est un exercice dont la qualité d’exécution évoluera avec le niveau de dressage du cheval et du cavalier. Le cavalier doit pouvoir diriger sa monture sur le plat tout en contrôlant l’allure et en s’équilibrant afin de réaliser une transition de qualité. La qualité d’exécution (en parallèle avec le niveau d’exigence) va évoluer avec le niveau de dressage du cheval et de technicité du cavalier.

  • Perfectionner le galop

Perfectionner le galop est un exercice et un travail de longue haleine qui exige du temps et de l’entraînement. En dépit de la complexité de l’allure, le cavalier doit apprendre à diriger et à maîtriser son équilibre et celui de sa monture dans le but de contrôler le galop.

Pour perfectionner le galop de son cheval, le cavalier doit pouvoir effectuer des transitions inter- et intra-allure(s) de qualité. Cela tout en dirigeant sa monture sur le plat et en maîtrisant son équilibre et celui de son cheval. La mise en jeu simultanée de ces actions fines, en accord avec les mouvements du cheval, va lui permettre de verticaliser sa monture et donc de contrôler l’allure de façon efficace et économe.

Il apparaît clair que l’équitation est un exercice subtil, à la fois risqué et impressionnant, qui, maîtrisé, nous permettra de passer des moments mémorables en compagnie des chevaux.

N’hésitez pas à nous suivre sur notre page Facebook ou de laisser en commentaires vos remarques.